INFORMATION IMPORTANTE


Compte tenu de la situation sanitaire exceptionnelle et des recommandations en vigueur, nous tenons à vous transmettre quelques informations utiles sur le fonctionnement de l’établissement :


Pour les hospitalisations :

Conformément aux recommandations du ministère de la santé, et afin de protéger les patientes, les nouveaux nés et le personnel soignant, l’accompagnant, sous réserve qu’il porte un masque et que vous soyez tous deux COVID négatif et non suspects) est autorisé à rester confiner dans la chambre durant tout le séjour ou en visite pendant 4h maximum (durée d’utilisation du masque) sur la période 13h à 20h. Une visite de la fratrie est autorisée à J1 en respectant les règles d’hygiène en vigueur. Toute visite autre reste interdite.
Toute visite autre que l’accompagnant reste interdite. Les durées des séjours peuvent être réduites si tel est votre souhait et soumis à avis médical. Nos équipes continuent de prendre soin de vous durant le séjour.
Merci à toutes et tous pour votre soutien et votre compréhension.

Tenez-vous informés au quotidien : Lire les informations aux patientes
Informations importantes à lire avant votre rendez-vous à la maternité de l’Étoile

Pour les consultations :

• Toutes les activités médicales non urgentes ont été déprogrammées (maintien des suivis de grossesses, cancérologie…), la téléconsultation se poursuit lorsqu’elle s’y prête.
• L’accompagnant est autorisé en consultation et en échographie.
• Les patientes présentant fièvre/ toux sont priées de téléphoner et d’en informer la clinique avant de venir afin d’assurer leur accueil dans les meilleures conditions.
Informations importantes à lire avant votre rendez-vous à la Maternité de l’Étoile

Pour les ateliers :

Les activités périnatales individuelles ou en couple ont repris : l’acupuncture, l’hypnose thérapeutique, la consultation pour sevrage tabagique...
Votre conjoint peut vous accompagner à l’entretien prénatal et aux cours de préparation à la naissance individuels s’il le souhaite.

Préparation à la naissance :

En raison du contexte sanitaire, 4 cours individuels sont actuellement proposés définis en regroupant les thèmes des cours classiques .
A partir de mi-juillet les cours reprendront en petit groupe de trois patientes, avec les mesures de précautions nécessaires, sur les 7 cours classiques proposés auparavant.
Le papa peut y participer s’il le souhaite.

> Prise de rdv et informations

L’entretien de fin de grossesse et l’ensemble des ateliers en groupe sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.

Nous vous remercions pour votre compréhension, sachez que nos équipes restent à votre disposition pour tout renseignement sur votre prise en charge.

Unité de diabétologie

 

Les médecins responsables :

Dr Brigitte Eyguesier-Pfister :

Spécialiste en Endocrinologie, Diabétologie et Maladies Métaboliques.
Ancienne Interne des hôpitaux de Marseille.
Ancienne Assistante des Universités.
Ancienne Chef de Clinique des Hôpitaux de Marseille.
Consultante en infertilité et endocrinologie à la Maternité de l’Etoile.
Membre du comité d’Ethique de Marseille.
Membre de l’Association Apport santé.
Médecin hospitalier de L’hôpital Saint Joseph pour la PMA.
Installée sur Aix depuis 1988.

Dr Vanessa Lubin :

Spécialiste en Endocrinologie, Diabétologie et Maladies Métaboliques.
Ancienne Interne des Hôpitaux de Paris.
Ancienne Assistante des Universités.
Ancienne Chef de Clinique à l’Assistance Publique- Hôpitaux de Paris.
Diplôme Universitaire de Pharmacologie Endocrinienne.
Diplôme Universitaire National d’Echographie Gynécologique et Endocrinienne.
Consultante en infertilité et endocrinologie à la Maternité de l’Etoile, Membre du comité d’éthique de Marseille.
Membre de l’Association Apport santé.
Membre du bureau de DIA-PRO.
Médecin hospitalier de L’hôpital Saint Joseph pour la PMA.
Installée sur Aix depuis 2003.

Dr LUBIN et Dr PFISTER ont été toutes deux médecins experts nationaux HAS, rédacteurs des recommandations de la prise en charge des patientes diabétique à l’insuline durant la grossesse. 
Par ailleurs, elles disposent de qualification dans le domaine de la pompe à insuline.
La clinique fait partie du réseau Diabète-Provence.

 

Types de prise en charge proposés :

Consultations externes de diabétologie et d’endocrinologie : mardi et vendredi avec consultation conjointe d’une diététicienne et d’une sage-femme d’éducation thérapeutique.

Depuis  plusieurs années  l’Etoile s est pourvue d’une unité de diabétologie permettant de prendre en charge toutes les pathologies endocriniennes associées à la grossesse : Les diabètes gestationnels mais aussi les diabètes insulinodépendants, les diabètes non insulinodépendants, les pathologies thyroïdiennes, les obésités, et plus récemment les suivis  de Sleeve et  Bay pass.
Pour ce qui est des diabètes gestationnels,
Nous vous rappelons  les critères définis par l’OMS :
Glycémie sup  a 0.92 à jeun et ou test  oms pathologique au 6 mois  
Test avec 75 g de glucose temps à jeun norme 0.92 à 1h norme 1.80 à 2h 1.53

Si un élément est pathologique, vous serez prise en charge par le médecin endocrinologue et la diététicienne et la sage-femme d’éducation.

Le risque de ce diabète gestationnel est  essentiellement la macrosomie (gros bébé) et le risque d’obésité de l’enfant. 
Ce risque étant réversible avec un bon équilibre alimentaire la plupart du temps mais quelque fois il nécessitera un peu d’insuline. 
Il est important de pratiquer régulièrement une activité physique douce compatible avec la grossesse.  
Pour ce qui est des diabètes insulinodépendants et suivi sous pompe, ceci est possible avec une hospitalisation aux grossesses à risque. 
L’accouchement avec la pompe à insuline est tout à fait possible.
Une hospitalisation est prévue en général de fin de grossesse à 39 SA (critères HAS) et accueil maman et bébé à l’unité kangourou.
Bienvenue à l’Etoile !

 

Publication faite au congrès SFE – 2011 :

Qu’ont changé les nouveaux critères de dépistage du Diabète Gestationnel (DG) dans notre population ?

Nous avons appliqués les nouveaux critères de l’IADPSG, recommandés par la SFD et le CNGOF dès janvier 2011, en dépistage ciblé. Nous avons comparé la population de DG de l’année 2011 à l’année 2005, que nous avions rapportés lors de l’ALFEDIAM 2007, le dépistage était alors systématique par HGPO 75 g, et le diagnostic pour glycémie > 1,4g/l à H2. Nous avons comparé l’incidence du DG, de la macrosomie dans les 2 séries. Les grossesses multiples ont été exclues.
La même prise en charge a été appliquée : consultation endocrinologue + diététique + autosurveillance 6/j, contrôle par endocrinologue à 2 semaine et insulinothérapie si pas de normoglycémie obtenue alors.
La population des 2 séries est identique : 2424 naissances en 2005 et 2372 en 2011. L’incidence du DG est identique, 124 en 2005 : 5,11% et 119 en 2011 : 5,01% (ns). En 2005 20,96% des patientes ont été insulinotraitées, et 23% en 2011 (ns).
Les patientes obèses nécessité un traitement par insuline 5/7 = 71% en 2005 et 10/24= 41,66% des cas en 2011.
Les poids de naissances moyens ne diffèrent pas de la population non DG, 3302 g en 2005 et 3276 g en 2011 (ns). Par ailleurs, en 2011, le poids moyen de naissance des nouveaux-nés issus de mères obèses est de 3329 g, non différent des mères non obèses.
Les enfants > 4000g représentent 9% des DG en 2005 et 10% en 2011 (ns).
Le taux de césarienne est significativement augmenté : 17,3 à 23,5% des accouchements.
En 2011, 90% des mères de nouveau-nés macrosomes avaient été testées, sur facteurs de risque, 88% des tests étaient normaux.
Nous avons observé la même incidence de DG avec les 2 méthodes de dépistage dans notre population à faible risque. La même proportion de patientes a nécessité de l’insuline. Le poids de naissance est identique, ainsi que la proportion de macrosomes.
Nos données suggèrent que nous n’avons pas manqué de diagnostics de DG avec ce dépistage ciblé.

Nous n’expliquons pas l’augmentation importante de l’obésité en 6 ans, qui pourrait expliquer l’augmentation des césariennes. En effet le poids moyen des nouveaux nés est identique quel que soit le poids de la mère. De plus le taux d’insulino-requérance des patientes obèses ne s’est pas aggravé entre 2005 et 2011, au contraire.

ACTUALITÉS

Voir toutes les actualités

Menu